Accueil > La Phytothérapie > L'Açai, un puissant anti-oxydant

L'Açai, un puissant anti-oxydant

Envoyer Imprimer
Index de l'article
L'Açai, un puissant anti-oxydant
Page 2
Page 3
Toutes les pages
Depuis des centaines d’années, les baies d’acai font partie de l’alimentation traditionnelle des indigènes de l’Amazonie. L’acai appartient aussi à leur folklore, ayant fait son chemin aussi bien dans les légendes que dans l’alimentation ou la médecine traditionnelle. Les Brésiliens l’utilisent traditionnellement pour traiter les troubles digestifs ou les maladies de la peau.

Pourquoi prendre de l'Acai?
  • Puissant antioxydant pour l'organisme
  • Combat le vieillissement prématuré
  • Contribue a la bonne santé du coeur et du système digestif
  • Un aide-minceur efficace

Minceur: En combinant les acides gras, les phytostérols et les acides aminés, les baies d'acai permettent d'augmenter l'énergie et le métabolisme, donc de brûler la graisse plus efficacement. En outre, l'acai permet de réguler l'appétit grâce à sa richesse en fibres. L'acai contribue également au bon fonctionnement du système digestif: au lieu de se transformer en réserves adipeuses, l'excès de nourriture est éliminé par le corps.

Antioxydant: La couleur pourpre sombre du fruit est due à la présence de composés phénoliques. Des études montrent que la peau des baies contient dix à trente fois la teneur en anthocyanines du vin rouge. L’acai est connu pour avoir de puissantes propriétés antioxydantes. Au cours d’un test in vitro, des anthocyanines et des phénols, connus pour leur pouvoir antioxydant, ont été extraits du fruit. La valeur ORAC de l’acai (une évaluation du pouvoir antioxydant) est l’une des plus élevées trouvée dans des extraits de fruits.

Diabète: Des études montrent que les anthocyanines exercent une influence bénéfique sur toute une variété de problèmes de santé. Une des raisons de cette influence réside dans leurs propriétés anti-inflammatoires qui affectent le collagène et le système nerveux. Leur capacité à protéger à la fois les petits et les gros vaisseaux sanguins des dommages oxydatifs dérive de tout un ensemble d’effets incluant l’atténuation des dommages sur les microvaisseaux causés par des niveaux élevés de sucre sanguin, responsables des complications du diabète.


Inflammation : Au cours de l’inflammation, des enzymes endommagent les tissus conjonctifs dans les capillaires, provoquant une infiltration de sang dans les tissus alentour. Des oxydants sont libérés et d’autres lésions provoquées sur les parois des vaisseaux sanguins. Les anthocyanines protègent de différentes façons. D’abord, ils neutralisent les enzymes qui détruisent le tissu conjonctif. Ensuite, leur capacité antioxydante empêche les oxydants d’endommager le tissu conjonctif. Enfin, ils réparent les protéines endommagées dans les parois des vaisseaux sanguins. Des expérimentations sur animaux ont montré qu’une supplémentation en anthocyanines prévenait efficacement l’inflammation et les lésions des vaisseaux sanguins qui en découlent.

Système nerveux : Les effets anti-inflammatoires des anthocyanines aident à expliquer de nombreux autres de leurs effets protecteurs. Le cerveau est particulièrement vulnérable aux dommages oxydatifs. On pense que des résidus de nitration peroxynitrite de tyrosine dans les enzymes et les protéines sont une des causes majeures de lésions cérébrales dans les maladies neurodégénératives et les traumatismes du cerveau. La tyrosine nitrée bloque les sites des récepteurs des facteurs de croissance nerveux, empêchant ainsi la croissance neurale et inhibant la réparation. En prévenant la nitration de la tyrosine, les anthocyanines pourraient aider à protéger de maladies neurologiques. On a même montré qu’une supplémentation en myrtilles pouvait, chez des animaux, inverser des déficits neurologiques liés à l’âge.

Cancer : De nombreuses données scientifiques soutiennent qu’il existe une association entre la consommation de fruits et légumes riches en composant polyphénoliques et la diminution de l’incidence de certains cancers. Une étude in vitro, réalisée à l’université de Floride, a examiné les effets des polyphénols de baies d’acai sur l’antiprolifération et l’apoptose de cellules leucémiques humaines. Elle montre qu’un extrait de baies d’acai détruit des cellules cancéreuses humaines en culture. Plus précisément, elle a indiqué que l’extrait déclenchait une réponse d’autodestruction chez 86 % des cellules de leucémie testées.

Voir site www.biovea-france.com

 
Jérôme d'Arcy
Immeuble Le Nemo
1086, Av. Albert Einstein
34000 Montpellier
Tél: 06 14 77 16 87
Me contacter par Email